Rôle de l’inactivation du chromosome X chez des femmes chinoises porteuses de la mutation responsable de l’adrénoleucodystrophie



Publié le Mercredi 19 février 2014

L’adrénoleucodystrophie (ALD) est une maladie neurodégénérative héréditaire due à une mutation du gène ABCD1 localisé sur le chromosome X. Environ 20% des femmes porteuses de la mutation peuvent développer des symptômes neurologiques.

Hommes et femmes diffèrent par leurs chromosomes sexuels, les femmes présentant deux chromosomes X et les hommes un chromosome X et un chromosome Y. Le chromosome Y étant plus petit que le chromosome X, il code pour un nombre plus faible de gènes que le chromosome X. Afin d’équilibrer l’expression des gènes des chromosomes sexuels entre hommes et femmes, un processus biologique particulier, appelé inactivation du chromosome X, prend place chez les femmes. Ce processus permet d’inactiver chez la femme un des deux chromosomes, le chromosome X d’origine paternelle ou celui d’origine maternelle selon les cellules. Le chromosome X inactivé, lui, reste silencieux.

Dans l’adrénoleucodystrophie, un déséquilibre dans l’inactivation du chromosome X pourrait influencer l’apparition de symptômes chez les femmes porteuses de la mutation. Les données de la littérature sont toutefois contradictoires. Afin de lever ce voile, une étude génétique est conduite au sein d’une famille chinoise couvrant trois générations dont certains membres sont touchés par la maladie.

Dans cette famille, deux femmes porteuses d’une mutation du gène ABCD1 présentent des symptômes au niveau neurologique. Quatre femmes sur cinq présentent un déséquilibre dans l’inactivation du chromosome X. Deux femmes symptomatiques, une femme asymptomatique et une femme non porteuse de la mutation sont concernées. Ces résultats sous-entendent que la présence d’un tel déséquilibre chez une femme porteuse de la mutation n’exerce pas forcément une influence négative. Par contre, la majorité des chromosomes X inactivés chez les deux femmes symptomatiques de la famille sont d’origine paternelle, laissant ainsi les chromosomes X d’origine maternelle porteurs de la mutation s’exprimer librement. Tout le contraire est observé chez la femme asymptomatique. Un déséquilibre dans l’inactivation du chromosome X favorisant l’expression du gène ABCD1 anormal semble donc être associé à l’apparition de symptômes.

Pour finir, la découverte d’une inactivation du chromosome X défavorable pourrait permettre le dépistage précoce de femmes porteuses de la mutation avec un risque élevé de devenir symptomatiques dans le but de leur proposer une thérapie préventive. Une analyse de l’inactivation du chromosome X à long terme peut se révéler utile dans l’évaluation des femmes avec des présentations atypiques de l’adrénoleucodystrophie.

Le rôle possible joué par l’inactivation du chromosome X sur les manifestations de la maladie devrait être expliqué dans le cadre de la prise en charge générale de la maladie. La possibilité d’effectuer un bilan spécifique en laboratoire devrait également être évoquée.

Maladie : Adrénoleucodystrophie
Sujets : Femmes malades chinoises
Type d’étude : Génétique
Laboratoire : Dr F. Lan, Centre de Recherche pour le Diagnostic Moléculaire des Maladies Génétiques, Hôpital Général, Fuzhou, Chine.

Source : Z. Wang, A. Yan, Y. Lin, H. Xie, C. Zhou, F. Lan. Familial skewed X chromosome inactivation in adrenoleukodystrophy manifesting heterozygotes from a Chinese pedigree. PLoS One. 2013, 8(3):e57977.

Veille scientifique assurée en partenariat avec l’INIST-CNRS, Institut de l’Information Scientifique et Technique

p-cnrsfilaire_quadri