Rôle de la neuroréguline 1 dans la remyélinisation du système nerveux périphérique



Publié le Mercredi 2 octobre 2013

Dans le système nerveux périphérique, les axones (prolongement long d’un neurone qui conduit les impulsions électriques) sont entourés d’une gaine formée de couches multiples de myéline issue des Cellules de Schwann" class="glossy" title="cellules des nerfs périphériques qui fabriquent la myéline." >cellules de Schwann. L’épaisseur de la gaine est proportionnelle à la taille du neurone.

Au cours du développement, la croissance de la gaine de myéline est contrôlée par des signaux axonaux, notamment le facteur de croissance neuronal appelé neuroréguline 1 qui contrôle la synthèse de la myéline.

Après une lésion d’un nerf périphérique, les axones se régénèrent et sont myélinisés par les cellules de Schwann. Cependant, la réparation de la myéline ne permet pas de restaurer l’épaisseur initiale de myéline laissant suggérer que la stimulation par les facteurs de croissance neuronaux est insuffisante.

Lorsque la lésion d’un nerf accompagnée d’une dégénérescence des axones est observée chez des souris surexprimant la neuroréguline 1, les axones sont myélinisés normalement et l’épaisseur de la gaine de myéline est restaurée tout comme le diamètre des axones.

Par ailleurs, lorsque les neurones perdent le contact avec les cellules de Schwann dans un contexte dégénératif, l’expression de la neuroréguline 1 de type I est induite transitoirement pendant quatre jours dans les cellules de Schwann.

Les souris mutantes sans neuroréguline 1 fonctionnelle dans les cellules de Schwann présentent une myéline normale, mais leur remyélinisation à l’âge adulte est altérée.

La perte du contact entre l’axone et la cellule de Schwann, permettant l’expression transitoire de neuroréguline 1, semble agir sur la différenciation des cellules de Schwann et la remyélinisation. Cette fenêtre temporelle pourrait être un point de départ pour élaborer des stratégies thérapeutiques de remyélinisation.

Modèles expérimentaux : Souris exprimant la neuroréguline en excès ; souris mutée pour le gène de la neuroréguline
Type d’étude : Remyélinisation
Laboratoire : Pr Klaus-Armin Nave, Département de Neurogénétique, Institut Max-Planck de Médecine Expérimentale, Göttingen, Allemagne

Source : R.M. Stassart, R. Fledrich, V. Velanac, B.G. Brinkmann, M.H. Schwab, D. Meijer, M.W. Sereda, K.A. Nave. A role for Schwann cell-derived neuregulin-1 in remyelination. Nature Neuroscience 2013, 16(1):48-54.

Veille scientifique assurée en partenariat avec l’INIST-CNRS, Institut de l’Information Scientifique et Technique

p-cnrsfilaire_quadri