L’inflammation neuronale induite dans un modèle de leucomalacie perturbe le développement des cellules de la myéline



Publié le Mercredi 23 juillet 2014

La leucomalacie périventriculaire est une des causes majeures de paralysie cérébrale chez l’enfant né prématurément.Une des caractéristiques de cette maladie est l’activation des cellules microgliales, ces cellules du système nerveux central impliquées dans sa défense immunitaire. La survenue de ce processus inflammatoire chez un prématuré a des conséquences à long terme sur la maturation des cellules fabriquant la myéline, appelées les oligodendrocytes, et s’accompagne d’un déficit en myéline et en facteurs contrôlant ce processus.

L’étude est réalisée chez des souris dont l’artère carotide a été ligaturée à l’âge de cinq jours et représentant le modèle animal de la leucomalacie périventriculaire. La maturation des oligodendrocytes chez une souris de cet âge est équivalente à celle d’un fœtus de 6 ou 7 mois. La ligature de l’artère provoque une ischémie, soit un arrêt de la circulation sanguine conduisant à une privation des cellules en oxygène et à leur mort. Elle s’accompagne d’une réduction de l’épaisseur de la myéline autour des nerfs, du nombre d’oligodendrocytes matures et des lésions des nerfs.

L’ischémie entraîne une réponse inflammatoire localisée avec activation des cellules microgliales mais aussi une expression accrue de molécules pro-inflammatoires et une réduction transitoire du nombre de cellules donnant naissance aux oligodendrocytes. Une augmentation de la proportion d’oligodendrocytes immatures est observée. Leur migration est également accentuée. Ces changements sont corrélés sur le plan topographique avec la présence de cellules microgliales activées.

Cette étude met en évidence une association entre la réponse inflammatoire observée et les dommages aux oligodendrocytes. Des études futures modulant la réponse neuroinflammatoire dans ce modèle expérimental permettront peut-être de mieux comprendre l’interaction entre les cellules microgliales et celles à l’origine des oligodendrocytes et ainsi d’ouvrir des perspectives de traitement.

Maladie : Leucomalacie périventriculaire
Modèle expérimental : souris, modèle animal de la leucomalacie périventriculaire
Type d’étude : Physiopathologie
Laboratoire : Dr Ali Fatemi, Institut Kennedy Krieger, Baltimore (MD), Etats-Unis

Source : S. Falahati, M. Breu, A.T. Waickman, A.W. Phillips, E.J. Arauz, S. Snyder, M. Porambo, K. Goeral, A.M. Comi, M.A. Wilson, M.V. Johnston, A. Fatemi. Ischemia-induced neuroinflammation is associated with disrupted development of oligodendrocyte progenitors in a model of periventricular leukomalacia. Dev. Neurosci. 2013, 35(2-3):182-96.

Veille scientifique assurée en partenariat avec l’INIST-CNRS, Institut de l’Information Scientifique et Technique

p-cnrsfilaire_quadri