Inauguration du Centre de Ressources Biologiques Lorrain



Publié le Lundi 26 octobre 2015

Le Centre de Ressources Biologiques Lorrain a été inauguré le 21 octobre 2015 en présence de Guy Alba, Président d’ELA International – Fondateur de l’association, Pascal Prin, Président d’ELA-France, membre fondateur de l’association, Odile Boespflug-Tanguy, Professeur au Centre de référence « Leukofrance » à l’Hôpital Robert Debré, Valérie Debord, Vice-Présidente de la Communauté urbaine du Grand Nancy, Philippe Mahé, Préfet de Meurthe-et-Moselle, Wilfrid Stauss, Directeur de l’offre de soins et de l’autonomie à l’Agence Régionale de Santé de Lorraine, Eliane Toussaint, Directrice Générale adjointe du CHRU de Nancy et Julien Vaillant, Conseiller régional de Lorraine. Léonie, enfant atteint de leucodystrophie indéterminée, et ses parents étaient également présents.

Cette biobanque est née d’un partenariat public/privé entre l’Association Européenne contre les Leucodystrophies – ELA et le CHRU de Nancy, qui héberge le Centre de Ressources Biologiques Lorrain. Ce projet a obtenu le soutien financier d’ELA, de l’Union européenne, de la Région Lorraine, de la Communauté Urbaine du Grand Nancy, de l’INSERM et du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Une biobanque de cette taille unique en France pour mieux connaître les leucodystrophies

L’objectif : disposer d’un lieu de stockage d’échantillons biologiques, associé à une base de données cliniques, afin d’accélérer les activités de recherches scientifiques sur les leucodystrophies.

Cette biobanque centralisera les 20 000 échantillons cellulaires et biologiques sur les leucodystrophies, actuellement répartis en France, dans des congélateurs à -80°C pour près de 2 000 patients et leurs familles. Son ambition est de rassembler près de 40 000 échantillons biologiques sur les leucodystrophies d’ici 2020. « Augmenter le nombre de données biologiques associées à des données cliniques est devenu une nécessité » souligne Guy Alba.

De son côté, Pascal Prin a tenu à rappeler l’importance de l’existence d’un tel centre pour les familles concernées par une leucodystrophie indéterminée. « Avec cette biobanque, il sera possible d’isoler les gènes des nouvelles leucodystrophies, pouvoir mettre un nom sur ces maladies, trouver leurs origines et pouvoir envisager des thérapies », affirme le Président d’ELA-France.

Le Centre de Ressources Biologiques Lorrain entrera en service dans les prochains jours.