Essai clinique : rôle de la L-DOPA dans le traitement des troubles du mouvement chez les patients avec une leucodystrophie



Publié le Mercredi 4 décembre 2013

Eppendorf

Sous l’impulsion d’ELA Italie et de son président Silvano Vona, un essai clinique testant l’effet de la L-DOPA chez des patients souffrant de leucodystrophies est actuellement conduit en Italie sur la base des résultats observés chez le petit Edoardo, fils de Mr Vona, atteint de leucodystrophie métachromatique. Contrairement aux essais cliniques habituellement proposés aux malades souffrant de leucodystrophie, ce protocole inclut des patients ayant déclaré les symptômes de la maladie.

La L-DOPA, ou lévadopa, est un précurseur de la dopamine utilisé dans le traitement de la maladie de Parkinson. Dans le cerveau, la dopamine fonctionne comme un neurotransmetteur, c’est-à-dire une molécule chargée de transmettre des signaux entre neurones.

En quoi ça consiste ?

L’objectif de cette étude consiste à évaluer l’efficacité de la L-DOPA au niveau de la rigidité et de l’akinésie survenant dans un certain nombre de leucodystrophies. Cette akinésie, c’est-à-dire une difficulté ou une impossibilité d’initier des mouvements volontaires chez les patients atteints de leucodystrophies, pourrait être reliée aux symptômes de type parkinsonien, mais spécifiques à l’enfant.

L’essai dirigé par le Pr Vincenzo Leuzzi est conduit à l’hôpital Umberto I de Rome (Italie) depuis le mois de juillet dernier pour une durée d’un an. L’équipe médicale impliquée dans l’étude est composée du Pr Barbara Tavazzi (Institut de Biochimie et de Biochimie Clinique, Université Catholique de Rome) et des Drs Giuseppe Lazzarino (Division de Biochimie et de Biologie Moléculaire, Université de Catane), Claudia Carducci (Département de Médecine Expérimentale, Université Sapienza de Rome), Andrea Celato, Federica Rachele Danti et Maria Teresa Giannini (Département de Neurologie Pédiatrique et de Psychiatrie, Université Sapienza de Rome).

Traitement

Vu l’hétérogénéité des leucodystrophies et la variabilité des troubles moteurs, les patients ont été distribués en sous-groupes en fonction du stade de leur maladie et de leur atteinte motrice principale.

Tous les malades, garçons ou filles, sans restriction d’âge, reçoivent le traitement par L-DOPA en association à la carbidopa afin de prévenir la dégradation prématurée du L-DOPA dans l’organisme.

Le traitement par L-DOPA/carbidopa est initié à la dose de 1 mg par kilogramme et par jour pendant 15 jours, puis poursuivie avec une dose de 5 mg par kilogramme et par jour les 30 jours suivants. Si nécessaire, de la dompéridone peut être prescrite pour prévenir les désagréments gastro-intestinaux.

Différents examens sont réalisés avant et après traitement comme l’analyse des urines, l’évaluation de la fonction motrice et du comportement des malades.

En absence d’effet clinique satisfaisant après 45 jours de thérapie, le traitement passera à 10 mg par kilogramme et par jour pendant un mois supplémentaire au bout duquel les malades seront à nouveau évalués.

Suivi des patients et résultats préliminaires

Pour participer à cet essai, les malades souffrant d’une leucodystrophie ou d’une leucoencéphalopathie, âgés de plus de 2 ans, devaient montrer des signes d’akinésie et de rigidité handicapants. Si les malades présentaient des troubles moteurs sans possibilité d’amélioration, des problèmes de respiration et de nutrition, ils n’ont pas pu être inclus dans l’étude.

D’un point de vue pratique, ELA Italie soutient financièrement les familles dont l’enfant participe à l’essai comme la prise en charge de leur hébergement lors de l’hospitalisation de leur enfant.

A ce jour, dix patients (sept filles et trois garçons), âgés entre 3 et 16 ans, ont pris part à cette étude. Ils souffrent de la maladie d’Alexander (un malade), la maladie de Pelizaeus-Merzbacher ou maladie de Pelizaeus-Merzbacher-like (deux malades), la leucodystrophie métachromatique (trois malades), le syndrome CACH (un malade), la maladie de Krabbe (un malade) et de leucodystrophies indéterminées (deux malades).

Une légère amélioration quant à l’interaction sociale des malades et de leurs troubles moteurs a pu être observée. Ces résultats préliminaires soulignent le résultat d’études antérieures décrivant un rôle marginal mais réel de la L-DOPA dans le traitement des troubles du mouvement dans les maladies de la substance blanche.

Pour plus d’information sur cet essai clinique, veuillez prendre contact avec le Pr Vincenzo Leuzzi par téléphone au +390644712282 ou par email à vincenzo.leuzzi@uniroma1.it

 

Nouvel essai clinique L-DOPA : les explications du Pr Leuzzi

« Notre objectif est d’évaluer l’effet de la lévodopa/carbidopa, un médicament habituellement destiné à traiter des syndromes parkinsoniens avancés, dans différentes formes de leucodystrophies accompagnées de problèmes de rigidité et d’akinésie.

La lévodopa est un précurseur de la dopamine, un neurotransmetteur important dans le cerveau impliqué dans la modulation des fonctions motrices. La lévodopa/carbidopa à faible dose est bien tolérée à l’âge adulte ou dans l’enfance. Certaines gênes intestinales peuvent survenir et le reflux gastro-œsophagien peut être parfois aggravé.

Pour ce premier essai clinique, nous avons envisagé de recruter une dizaine de patients sur la base de leur trouble du mouvement, ce qui a conduit à sélectionner différentes formes de leucodystrophies. Nous avons évalué leur statut clinique et leurs troubles du mouvement avant et après le traitement, mais aussi mesuré la concentration sanguine et urinaire en dopamine et la survenue d’effets indésirables.

Les améliorations les plus fréquemment observées concernent l’attention et l’hypokinésie, soit la diminution de la capacité de mouvement. Nous espérons pouvoir montrer une amélioration clinique qui soit inversement proportionnelle à la sévérité de leur maladie chez ces patients. Nous sommes également en train d’explorer la durée de l’effet thérapeutique. En effet, chez certains malades, l’effet bénéfique disparaît au bout de quelques jours ou quelques semaines. »

En savoir plus: les détails de l’essai clinique