Découverte du gène ADAR1, nouveau gène responsable du syndrome d’Aicardi-Goutières



Publié le Mercredi 5 juin 2013

Le syndrome d’Aicardi-Goutières est un trouble inflammatoire d’origine génétique qui touche en particulier le cerveau et la peau.

Dans sa forme la plus caractéristique, la maladie imite une infection virale développée au cours de la grossesse. Cette infection est associée à la production d’une protéine antivirale appelée l’interféron alpha responsable de la réponse auto-immunitaire caractéristique de la maladie. Au fil des années, cinq gènes mutants (TREX1, RNASEH2B, RNASEH2C, RNASEH2A, SAMHD1) ont été identifiés par séquençage génétique comme étant responsables de la maladie. Récemment, une nouvelle analyse génétique a été réalisée chez quatre patients ne présentant pas de mutation sur les cinq gènes mutants connus. Résultat : un nouveau gène, ADAR1, a été découvert. Depuis, il a été retrouvé chez huit nouveaux patients. Notez que dans chaque famille étudiée, le père et la mère sont eux-mêmes porteurs sains du défaut génétique.

Le défaut du gène ADAR1 influe-t-il sur l’expression de l’interféron comme pour les cinq gènes connus ? Cela semble être le cas car les chercheurs ont observé que l’expression des gènes induits par l’interféron est plus forte dans les cellules des patients porteurs du gène mutant ADAR1. Vu que les protéines ADAR (issues de ce même gène) jouent un rôle essentiel dans le métabolisme des acides nucléiques, porteurs de l’information génétique, on pense que le gène ADAR1 limiterait l’accumulation des acides nucléiques de type ARN (la copie de l’ADN) dans la cellule et ainsi l’induction d’une réponse auto-immunitaire.

Maladie : Syndrome d’Aicardi-Goutières
Sujets : Quatre patients avec un syndrome d’Aicardi-Goutières
Type d’étude : Génétique
Laboratoire : Dr Yanick Crow, Département de Médecine Génétique, Université de Manchester, Royaume-Uni

Source : G.I. Rice, P.R. Kasher, G.M. Forte, N.M. Mannion, S.M. Greenwood, M. Szynkiewicz, J.E. Dickerson, S.S. Bhaskar, M. Zampini, T.A. Briggs, E.M. Jenkinson, C.A. Bacino, R. Battini, E. Bertini, P.A Brogan, L.A. Brueton, M. Carpanelli, C. De Laet, P. de Lonlay, M. del Toro, I. Desguerre, E. Fazzi, A. Garcia-Cazorla, A. Heiberg, M. Kawaguchi, R. Kumar, J.P. Lin, C.M. Lourenco, A.M. Male, W. Marques Jr, C. Mignot, I. Olivieri, S. Orcesi, P. Prabhakar, M. Rasmussen, R.A. Robinson, F. Rozenberg, J.L. Schmidt, K. Steindl, T.Y. Tan, W.G. van der Merwe, A. Vanderver, G. Vassallo, E.L. Wakeling, E. Wassmer, E. Whittaker, J.H. Livingston, P. Lebon, T. Suzuki, P.J. McLaughlin, L.P. Keegan, M.A. O’Connell, S.C. Lovell, Y.J. Crow. Mutations in ADAR1 cause Aicardi-Goutières syndrome associated with a type I interferon signature. Nat Genet. 2012, 44(11):1243-8.

Veille scientifique assurée en partenariat avec l’INIST-CNRS, Institut de l’Information Scientifique et Technique

p-cnrsfilaire_quadri