Sophie Thalmann, miss fidèle à ELA et maman sensible…



Publié le Dimanche 28 août 2011

Thalmann_Sophie

Vous avez été élue Miss France en 1998, forcément vous êtes très sollicitée pour venir en aide à des associations caritatives. Pourquoi avoir choisi ELA ?

Tout est né d’une très belle rencontre, peu de temps après mon élection, quand j’ai donné le coup d’envoi du match France-Andorre en octobre 1998 au Stade de France en compagnie de Jérémie, un enfant pour qui la maladie commençait ses ravages. J’étais jeune, j’étais impressionnée par le stade, au milieu de tout ce public et je tenais la main de Jérémie ; je me demandais ce qui se passait dans sa tête à lui, il devait être encore plus intimidé que moi ! J’ai beaucoup correspondu avec sa maman par la suite, jusqu’au jour où j’ai malheureusement appris son décès. J’étais très touchée par cette injustice et quand la maman m’a dit qu’ELA avait besoin de parrains, je n’ai pas hésité. J’ai également rencontré Guy et toute l’équipe et puis l’association est basée à Nancy (54), c’est ma région. Tout ça me semblait normal. Je suis régulièrement sollicitée, c’est vrai, mais je préfère me consacrer uniquement à ELA pour les enfants et ne pas me disperser. Ce n’est pas facile de refuser les autres sollicitations mais je crois vraiment que c’est mieux pour tout le monde de vraiment se concentrer sur une cause. Je suis fidèle depuis toujours et j’essaye d’être présente le plus possible.

 

Justement, avez-vous d’autres souvenirs marquants de votre histoire avec ELA ?

Il y en a beaucoup. J’ai vécu énormément de moments émouvants aux côtés d’ELA. Je me souviens notamment il y a longtemps déjà, en 2000, d’un village entier qui s’était mobilisé pour la famille de Thibaut, un petit garçon de 8 ans atteint de MLD. Ils avaient organisé une sorte de retraite au flambeau. C’était un moment très fort. J’étais vraiment touchée par cette mobilisation de toute la population, de cet élan de solidarité très intense… Plus récemment, je me souviens également d’une émission avec Nagui en 2005, « Tout le monde ELA », je venais d’apprendre que j’étais enceinte et là, je fais la connaissance d’une famille qui avait deux garçons touchés par la maladie. Ma sensibilité était exacerbée forcément avec ma grossesse et j’ai pris ça encore une fois comme une vraie injustice. Je me suis sentie démunie, je me demandais comment je saurais gérer ça moi, où les familles trouvaient le courage de vivre ce quotidien si difficile… Chaque fois que je vais sur une opération ELA, que ce soit des émissions de télévision, des événements sportifs, je découvre des familles qui se battent avec une folle énergie.

 

Parlez-nous d’un événement qui vous tient à cœur : la course d’ânes de Trouville-sur-Mer …

C’est une course d’ânes qui a lieu depuis 14 ans sur la plage de Trouville-sur-Mer (14). A l’origine ce sont des jockeys qui pendant le Meeting de Deauville profitent de leur journée de repos pour monter des ânes. Forcément les ânes n’écoutent rien, vont parfois en sens inverse… Résultat,  c’est toujours un moment très sympa et le public s’amuse bien ! Depuis 3 ans, cette course est organisée au profit d’ELA. Nous récoltons beaucoup de dons, nous vendons des produits aux couleurs d’ELA, nous organisons une tombola et tous les bénéfices sont reversés à l’association. Chaque année nous invitons des personnalités ; cette année ce sont les comédiens de « Plus Belle la Vie » qui seront présents et Jackson Richardson, champion du monde de handball, montera également un âne !… L’an prochain, pour les 15 ans de la course, j’ai donné rendez-vous à Zinédine Zidane ! J’espère que son emploi du temps lui permettra d’être présent…

 

A la rentrée, la chaîne Equidia dont vous êtes une des animatrices vedettes, change de grille. Quel sera votre rôle ?

Effectivement la chaîne se scinde en deux : Equidia Live d’un côté qui mettra à l’honneur les courses, et Equidia Life de l’autre, ouverte à tous les passionnés de chevaux. Mon émission « Cheval dire à Sophie » va évoluer. Et nous aurons plus de place pour les divertissements donc il y aura sûrement de beaux projets à lancer… A côté de ça, j’ai aussi toute une gamme de produits avec la maison Hachette, toujours autour du cheval : des livres pour les enfants et une gamme de papèterie… Et puis je serai également présente à la rentrée sur Vivolta où j’animerai une émission de conseils pour les jeunes mamans.

 

Pour terminer, avez-vous un petit mot à passer aux familles d’ELA ?

Je voudrais qu’elles sachent qu’on est de tout cœur avec elles. Je suis fière de mon engagement aux côtés d’ELA. Les familles m’ont beaucoup apporté, surtout depuis que je suis maman. J’ai conscience d’être gâtée par la vie ; dès qu’on est connue les gens nous aiment, nous font des cadeaux, on a des passe-droits… Pourquoi ? Les familles me permettent de garder les pieds sur terre. C’est une belle leçon de vie que de voir l’énergie avec laquelle elles se battent. Chaque jour j’ai une pensée pour elles.