Cécilia Hornus, comédienne phare de la série « Plus Belle la Vie » nous explique les raisons de sa mobilisation aux côtés d’ELA



Publié le Vendredi 2 septembre 2011

J’ai toujours voulu m’investir auprès d’une cause.

Mon agenda était compliqué, je cherchais LA cause, sans savoir pourquoi l’une plus que l’autre. Et un jour j’ai rencontré l’équipe d’ELA et ça a été un vrai coup de cœur humain. Il y a une telle énergie, un tel investissement…

Mon 1er grand rendez-vous a été de vendre des fleurs pour ELA à Montferrand le Château. Une très belle mais épuisante expérience. Tout l’équipe de Plus belle la vie se sent investie, si on peut aider à faire connaître la maladie au grand public on sait qu’on est utile à quelque chose ! J’appréhendais un peu le week-end à Center Parc car c’est beaucoup de malheur concentré et puis finalement j’ai été éblouie par l’attitude des familles, l’attention que les frères et les sœurs portent aux malades, les échanges émouvants. On ne peut pas imaginer cette vie au quotidien. C’est vraiment bouleversant. Pour moi ce sont des héros du quotidien. Tous les jours ils ont un nouveau défi à relever…

Le combat de l’injustice est partout, sur toutes les scènes, on recherche sans arrêt les armes pour ça… Mais dans le cas de la lutte contre les leucodystrophies, l’arme c’est l’argent. Seul l’argent peut aider la recherche. Chaque avancée médicale est un espoir fou pour les familles mais il faut beaucoup de moyens. Les familles ont besoin de notre aide.